Notre blog

Le coup de chaleur

15/07/2022 Conseils du vétérinaire
Le coup de chaleur

Le coup de chaleur est souvent d’apparition rapide lors des belle journées d’été, trop souvent ignorée des propriétaires d’animaux de compagnie et pouvant malheureusement être fatale. Il est donc important de connaître et savoir le prévenir et comment réagir si cela se produit.

Qu’est-ce que le coup de chaleur ?

Le coup de chaleur est une augmentation de la température corporelle, en général au dessus de 40-41°C (la température normale d’un chien varie entre 38 à 39.2° C).

Plusieurs facteurs peuvent amener à un coup de chaleur, comme :

- Être resté dans une voiture au soleil ou avec peu de ventilation

- Avoir été soumis à un exercice intense/prolongé

- L’exposition à des journées chaudes et souvent humides, notamment sans accès à l’ombre ou à l’eau.

Comment réagir le plus vite  possible ?

Face à un coup de chaleur il faut réagir très rapidement. Le traitement comporte trois volets : refroidissement de l’animal, traitement de l’état de choc et surveillance pour détecter et traiter d’éventuelles complications.

Refroidir le chien se fera toujours progressivement en le plaçant à l’ombre, en lui mouillant peu à peu tout le corps et en le plaçant si possible à côté d’un ventilateur. Ensuite seulement on peut plonger entièrement le chien dans de l’eau mais l’immerger brutalement dans de l’eau glacée pourrait avoir l’effet inverse de celui recherché en entraînant une vasoconstriction périphérique qui gêne encore davantage l’évacuation de la chaleur.

On peut aussi utiliser des glaçons qu’on placera autour de sa gorge, de ses aisselles et à l’intérieur des cuisses (région inguinale).

Ces mesures de refroidissement doivent être mises en œuvre le plus tôt possible, avant même de conduire le chien chez un vétérinaire. L’objectif est de ramener la température corporelle dans des valeurs subnormales (39 à 39,5° C).

L’usage d’antipyrétiques est contre-indiqué, l’élévation de la température corporelle n’étant pas liée à un syndrome fébrile.

Il est dans tous les cas nécessaire d’amener rapidement l’animal chez un vétérinaire qui mettra en œuvre un traitement du choc et prendra en charge les conséquences éventuelles du coup de chaleur comme l’œdème cérébral, l’insuffisance rénale, les troubles cardiaques, etc...

Danger de l'été : la noyade
Danger de l'été : la noyade

18/06/2022 - Conseils du vétérinaire

Conseils du vétérinaire

Vous ne quittez pas vos enfants des yeux lorsqu’ils se baignent ? Il en va de même avec vos animaux : la baignade doit être impérativement surveillée. Surtout si vous êtes propriétaires de bulldogs, mastiffs et autres races brachycéphales. Mauvais nageurs ils risquent de couler à pic. Hormis le chien qui saute d’un bateau en pleine mer et est entraîné par les courants, « d’où l’existence de gilets de sauvetage », le scénario le plus commun est celui du vieux chien qui tombe à l’eau sans le vouloir. L’urgence est de le sortir de l’eau avant qu’il ne s’épuise.LE BON RÉFLEXEVotre animal à perdu connaissance : une fois sur le bord, étendez l’animal sur le côté et appuyez d’un coup sec sur la partie avant de son poitrail : répétez 5 fois ce geste, puis soufflez une fois dans les naseaux, en alternance. Continuez jusqu’à ce qu’il reprenne conscience. Emmenez le chez un vétérinaire, même s’il a repris connaissance car des problèmes pulmonaires peuvent survenir dans un second temps. 

Lire la suite
0 commentaire
Attention aux substituts hormonaux cutanées chez nos compagnons
Attention aux substituts hormonaux cutanées chez nos compagnons

29/04/2022 - Conseils du vétérinaire

Conseils du vétérinaire

Chez les chiens et des chats, le contact répété avec des substituts hormonaux cutanés de leur propriétaire peut provoquer des problèmes hormonaux. Suite au signalement d’effets indésirables dans plusieurs pays d’Europe, l’Anses-ANMV (Agence nationale des médicaments vétérinaires) appelle à appliquer ces médicaments avec toutes les précautions nécessaires pour éviter aux animaux d’être exposés.Des effets indésirables chez des chiens de petite taille, des chats, des chiots et des chatons ont été rapportés dans plusieurs pays d’Europe suite au contact répété avec des substituts hormonaux appliqués sur la peau de leur propriétaire. Ces cas, qui concernent aussi bien des femelles que des mâles, impliquent le plus souvent des traitements à base d’œstrogènes.Les médicaments sont appliqués sur les cuisses, l’abdomen ou encore les bras, parties du corps qui sont susceptibles d’entrer directement en contact avec l’animal. L’exposition peut également se faire via les draps, lorsque les animaux dorment sur le lit de la personne sous traitement. Aucun cas n’a été rapporté jusqu’à présent en France mais les cas européens rappellent la nécessité d’être vigilants lors de l’utilisation de ces produits.De problèmes hormonaux dus à l'exposition répétée des animauxLes animaux exposés développent essentiellement des signes évoquant un trouble hormonal, avec par exemple un gonflement des mamelles et/ou de la vulve chez les femelles, ou encore des pertes de poils. Des signes de retour en chaleur chez des femelles stérilisées ont également été décrits. Par ailleurs, l’action toxique des œstrogènes sur la moelle osseuse peut à long terme provoquer des anomalies sanguines pouvant mettre en jeu la vie de l’animal. Le délai d’apparition des symptômes est variable, allant de quelques semaines à plusieurs années. Les symptômes s’atténuent généralement, voire disparaissent, suite à l’arrêt de l’exposition aux hormones.En cas de gonflement de la vulve ou des mamelles (chez les femelles comme chez les mâles), ou d’un retour en chaleur d’un animal stérilisé, il est conseillé de prendre rapidement rendez-vous chez un vétérinaire. Le praticien doit être informé qu’un traitement hormonal sous forme locale est en cours dans l’entourage de l’animal.Des précautions à prendre lors de l’application des traitementsAfin d’éviter tout effet sur les animaux de compagnie, il convient de prendre toutes les précautions nécessaires lors de l’application de ce type de médicament à usage humain : • se laver les mains après avoir appliqué le gel ou le spray, • couvrir les zones traitées avec un vêtement, • empêcher tout léchage des zones traitées, • éviter de dormir avec ses animaux, • en cas de contact direct de l’animal avec une zone traitée, l’empêcher de se lécher et rincer à l’eau les parties du corps qui ont pu être en contact avec le médicament.

Lire la suite
0 commentaire